Faire son internat au Canada; ça vous tente? La spécialisation (ou programme postdoctoral) dans cette zone du monde concerne les diplômés en médecine générale et médecine dentaire nationaux et étrangers

 Pour les médecins étrangers, il existe une procédure unique comportant 4 étapes. 

1.Vérification du Diplôme a la source

La première étape c’est la vérification du diplôme de médecine. Un diplôme de médecine étant considérer comme « étranger » au Québec s’il a été obtenu hors du Canada, des États-Unis ou France.

 Il doit être vérifié ; s’il s’agit d’un FAUX, toute les procédures sont arrêtées et le candidat peut être poursuivit juridiquement. Le diplôme est vérifié a la source, c’est a dire dans le pays qui est supposé avoir délivrer le diplôme. 

Ceci peut se faire en créant un compte et en soumettant le diplôme sur le site inscriptionmed.ca

Concomitamment a cette étape, le candidat peut engager la « Reconnaissance / l’Équivalence de diplôme » qui est différente de la vérification en ceci qu’elle impose la réussite a 2 examens ; l’EAMAC, partie 1 et l’ECOS de la CNE.

2.EAMAC partie 1

L’examen d’aptitude du conseil médical du Canada (EACMC) partie 1 est un examen informatisé d’une journée qui permet d’évaluer les connaissances médicales essentielles et la prise de décisions cliniques d’un candidat par rapport au niveau attendu d’un étudiant en médecine qui obtient son diplôme de médecine au Canada.

Acte de candidature : pour être éligible a composer cet examen, le candidat doit :

  • Être titulaire du diplôme de médecine
  • Le diplôme doit être en cours de vérification a la source. (voir la section précédente)
  • Soumettre une demande et les documents requis pour passer l’examen auprès de la plateforme réservée a cet effet qui est inscriptionmed.ca

Une fois la demande acceptée, le candidat reçois un message par l’entremise de son compte inscriptionmed.ca confirmant son admissibilité pour passer l’EACMC, partie 1.

Période d’examen 

Plusieurs sessions sont organisées par an : 4 (2019) ou 5 fois ( a partir de 2020) et peuvent être prises dans 80 pays.

  • Amériques : Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, République dominicaine, Guatemala, Mexique, Pérou, Puerto-Rico, Venezuela.
  • Afrique : Botswana, Égypte, Ghana, Kenya, Mauritanie, Nigeria, Afrique du Sud, Tanzanie, Ouganda, Zimbabwe.
  • Europe : Arménie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, République Tchèque, Finlande, France, Géorgie, Allemagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Pays-bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Suède, Suisse, Ukraine, Royaume-unis,
  • Océanie : Australie, Nouvelle-Zélande
  • Asie : Bangladesh, Chine, Hong-Kong, Inde, Indonésie, Israël, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Corée du sud, Koweït, Liban, Malaisie, Népal, Oman, Pakistan, Philippines, Qatar, Russie, Arabie Saoudite, Singapour, Taïwan, Thaïlande, Turquie, Émirats Arabe Unis, Ouzbékistan, Yémen.

La réservation se fait en ligne ou par téléphone a travers le site de l’entreprise prometric  ; ceci tout au long de l’année.

Contenu de l’examen

L’examen porte sur des questions a choix multiples en chirurgie, gynocologie-obstetrique, pédiatrie, médecine interne, la psychiatrie, la prévention et la promotion de la santé.

Le candidat est fortement encourager a s’entraîner fréquemment grâce aux simulations offertes par le conseil médical du Canada.

 Ces simulations coûtent environ $500 pour une session complète et corrèlent très fortement la note que vous aurez lors de l’examen réel

L’EACMC partie I, comprends 210 questions a choix multiples (QCM) et 38 cas de prise de décisions clinique (PDC) (60 a 70 questions). Des 210 QCM, 35 sont des questions pilotes, qui ne seront pas utilisées pour le calcul de la note globale.

Parmi les 38 cas de PDC, 8 son également des cas pilotes. Toutefois, les questions pilotes ne sont pas identifiable a l’examen ; et le candidat devra répondre a toute les questions.

Modalités de réussite

 L’EACMC, partie I, est un test critériel. Cela signifie que ceux qui satisfont au standard ou dépassent le standard réussiront l’examen, peu importe le rendement des autres candidats à l’examen. 

Après la réussite a l’EACMC, partie I, le médecin étranger peut théoriquement s’inscrire a un programme postdoctoral ; mais la chance d’obtenir un poste est quasi nulle.

L’EACMC étant un examen théorique, il faut démontrer les aptitudes clinique en interagissant avec des patients soit lors de l’EACMC, partie II ; soit lors de l’ECOS de la CNE.

L’ EACMC partie II ne pouvant se prendre qu’après un minimum de 12 mois de formation postdoctorale, l’ECOS de la CNE reste le seul moyen pour justifier vos compétences cliniques.

3.L’ECOS de la CNE

Étudiante en examen de spécialisation au Canada portant des gants
Étudiante en examen de spécialisation au Canada portant des gants

L’examen clinique objectif et structuree (ECOS) de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE) est un examen d’une durée d’une journée qui évalue si les candidats sont prêts a entrer au sein d’un programme de résidanat (internat) au Canada.

 Il s’agit d’un examen normalisé d’envergure nationale qui porte sur les connaissances, les compétences et les attitudes essentielles a l’entrée en formation postdoctorale au Canada. 

Cet examen comprend une série de 12 stations ou le candidat est mis en face des scenarios cliniques représentatifs.

Ces scenarios peuvent comprendre entre autres, des problèmes de médecine, chirurgie, pédiatrie, obstétrique et gynécologie, psychiatrie, promotion de la santé et prévention de la maladie.

Passer l’examen 

 L’examen se passe obligatoirement au Canada dans plusieurs villes : Calgary, Edmonton, Vancouver, Winnipeg, Halifax, London, Ottawa, Sudbury, Toronto, Montréal, Saskatoon….etc. 

 Les frais de l’examen sont fixes ce jour a $2775

Pour s’inscrire a l’examen, il suffit de créer un compte sur le site inscriptionmed.ca et s’enregistrer au dit examen. Les résultats seront acceptés par les directeurs de programme peu importe où vous passez l’examen.

Le candidat n’est pas tenu de passer l’examen de la CNE dans la province ou il fait la demande pour une formation postdoctorale.

Les stations de l’ECOS de la CNE 

Lors d’une session d’examen, tous les candidats se présentent à la même série de stations, ainsi qu’aux stations pilotes non comptabilisées dans la note finale.

Chaque station est d’une durée maximale de 11 minutes et 2 minutes sont accordées entre les stations.

À chaque station, il y aura une brève description écrite du problème clinique vous présentant les tâches que vous devez accomplir (recueillir une anamnèse, effectuer un examen physique, etc.).

Dans chaque station, un patient standardisé (PS) et un médecin examinateur (ME), au minimum, seront présents.

Un PS représente soit une personne en bonne santé ou une personne souffrant de maladie chronique stable. Les PS ont reçu une formation leur permettant de simuler les signes ou symptômes d’un patient réel de façon fiable et uniforme.

Avec les PS, vous devez interagir de la même façon que vous le feriez avec des patients réels. De ce fait, vous devez notamment couvrir le patient de façon appropriée pour les différents éléments de l’examen physique (peu importe son sexe).

La plupart des PS sont déjà vêtus d’une chemise d’hôpital, mais il est possible, dans le cadre de l’examen, de demander au patient d’enlever la chemise.

 Vous devez notamment, lorsque vous interagissez avec les PS, leur poser des questions et répondre à leurs problèmes. Le ME évaluera votre interaction avec le PS. 

Le ME observe votre rencontre avec le patient. Pour la plupart des stations, après huit minutes avec le PS, le ME vous demandera de répondre à une série de questions orales.

Les consignes à l’intention du candidat (affichées sur la porte et dans la pièce) vous indiqueront ou non si vous aurez à répondre à des questions orales pour cette station.

En général, bien que vous n’interagirez pas avec le ME, il est possible qu’il intervienne dans les circonstances suivantes :

  • S’il juge que vous avez mal interprété les directives (par ex., vous recueillez une anamnèse au cours d’une station d’examen physique).
  • S’il juge qu’il y a un problème avec le PS.
  • Pour vous fournir des renseignements ou des résultats à la suite d’une manœuvre d’examen de votre part. Cela vous permettra d’économiser du temps et vous permettra de poursuivre votre examen physique. Entre autres, un examinateur peut avoir pour consigne de vous remettre une lecture de tension artérielle ou les résultats d’un examen ophthalmoscopique. Il peut vous remettre ces consignes seulement dans certaines stations ou seulement si vous avez déjà entrepris la manœuvre d’examen.
  • Pour vous fournir des résultats d’examens. Ces résultats vous sont fournis seulement aux stations où vous devez demander des examens ou analyses. Vous ne serez pas fournis tous les résultats des examens que vous avez demandés. Veuillez noter que la demande de certaines analyses de laboratoire peut être pertinente même si aucun résultat n’est disponible.

Le rendement du candidat est évalué en fonction de sa capacité a se concentrer sur la tâche et sur le problème du patient.

Par exemple, si vous êtes demandé d’effectuer un examen physique d’un patient atteint de dyspnée aiguë, le défi consiste à établir des priorités, à organiser et à effectuer un examen physique en tenant compte de la nature et de l’importance de la détresse respiratoire du PS dans le temps accordé pour la station.

 L’habileté de cibler ce qui est nécessaire pour le patient constitue un élément essentiel à la réussite à l’examen (étant donné les renseignements limités et le temps insuffisant)

Environ sept semaines après la date d’examen, vous recevrez un avis par courriel et un message dans votre compte inscriptionmed.ca indiquant que vous pouvez vérifier votre résultat final (p. ex., réussite, échec) de l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE).

Peu après que vous recevrez ce message, deux documents seront téléversés dans votre compte:

  • Le relevé de résultats comprend votre résultat final et votre note globale de l’examen de la CNE ainsi que la note requise pour réussir l’examen.
  • Le rapport d’information supplémentaire fournit des renseignements supplémentaires sur votre rendement à l’examen, y compris vos notes spécifiques et des renseignements comparatifs par rapport à d’autres candidats.

Il est possible de s’inscrire à l’examen de la CNE au plus trois fois, peu importe si vous avez réussi ou échoué la fois précédente. Seul votre résultat le plus récent à l’examen demeure valide indéfiniment.

Après vérification du diplôme a la source, réussite a l’EACMC parie I et a L’ECOS de la CNE, le conseil médical du Quebec (CMQ) examine le dossier du médecin étranger et délivre l’équivalence.

Ensuite, celui ci transmet vos coordonnées au Bureau de coopération interuniversitaire (BCI) , lequel est responsable de l’application de la politique des inscriptions dans les programmes de formation postdoctoraux au Québec.

4.Candidature aux programmes Post-doctoraux

 Il faut savoir au préalable que “La procédure de reconnaissance / d’équivalence du diplôme ne mène pas systématiquement a l’admission aux programmes postdoctoraux de formation qui sont la prérogative des universités.” 

Le Bureau de coopération interuniversitaire contacte les médecins étrangers ayant été reçu favorablement a la demande d’équivalence et leur indique la prochaine étape.

Pour candidater aux formations, 2 contingents existent :

Le contingent régulier

 Ce contingent est destiné a ceux qui satisfont les conditions de « résident au Québec » . c’est a dire des personnes possédant la carte de résident québecois ou la nationalité Canadienne.  

Pour les détails sur ces conditions, voir le « Règlement sur la définition du résident du Québec » .

Le contingent particulier 

Dans se contingent se trouvent les candidat ne satisfaisant pas les conditions de « résidence au Québec ».

 Chaque université Québecoise a un nombre de place et de spécialités limités pour le contingent particulier. 

Mode de sélection

Pour le contingent régulier, c’est le Service Canadien de Jumelage des résidents (CaRMS) qui s’en charge ; le candidat doit donc s’inscrire sur cette plateforme et soumettre son dossier. Le Jumelage se déroule en 2 tours.

Le premier tour comprend tous les diplômés internationaux qui répondent aux critères d’admissibilité de base et qui ne possèdent aucune formation postdoctorale antérieure en médecine au Canada ou aux États-Unis.

Le deuxième tour comprend les postes et les candidats non jumelés au premier tour, ainsi que les candidats qui ont déjà fait une formation postdoctorale au Canada ou aux États-Unis et les candidats qui n’ont pas participé au premier tour pour toute autre raison.

 Pour le contingent particulier, c’est chaque université qui se charge de l’attribution des postes de résidents, en coordination avec les directeurs de programmes. 

Pour plus de détails entre les deux contingents, une page dédiée sur le site de l’université de Montréal.

A lire: Comment faire spécialité médicale en France?

A lire: Comment faire son internat en Belgique?

A lire: Comment faire son internat en Suisse?

Si cet article sur « comment faire son internat au canada » vous a été bénéfique, n’hésitez pas a laisser un commentaire et a poser vos questions ci-dessous. Bonne chance!