Comme la grande majorité de pays occidentaux, l’accès en internat de médecine dentaire pour les ressortissants étrangers est soumis à une démarche spécifique.

La route est parfois longue et hardie, mais elle reste abordable, faisable et surtout très gratifiante si réussie. Nous allons parler tour a tour des opportunités de spécialisation en médecine dentaire pour les diplômés étrangers en France.

 Jusqu’à nos jours, l’internat a titre étranger pour les aspirant spécialistes en odontostomatologie n’existe pas. Ce concours serait en cours de création pour certains, pour d’autres il est encore loin de voir le jour. 

Toutefois, les postes de « faisant fonction d’interne » sont disponibles pour spécialités dentaires ; nous en parlerons en détails dans cet article.

Il existe à notre connaissance 05 voies dans le système Français pour les étudiants désirant faire une spécialité en médecine dentaire.

Le Certificat d’études Supérieures / Diplôme universitaire en Chirurgie dentaire

panoramique dentaire

C’est quoi ?

Ce sont des certificats et des diplômes destinés à permettre l’acquisition de connaissances théoriques, pratiques et méthodologiques approfondies dans les différentes disciplines de l’odontologie.

 Les enseignements portent sur les notions fondamentales, dans le but de comprendre les gestes cliniques, d’enseigner et de mener des activités de recherche. 

Une spécificité par rapport à ce certificat c’est qu’il peut donner accès à une spécialité contrairement aux certificats en médecine générale ou en pharmacie.

A titre d’exemple, Il est stipulé par la fédération Européenne de parodontologie:

La combinaison du CES de Parodontologie, du Master de physiologie orale appliquée, et du diplôme universitaire approfondi de parodontie et d’implantologie clinique permet de se présenter devant le Programme post-graduate Européen de parodontologie accrédité par la Fédération Européenne de Parodontologie  (EFP).
 A notre connaissance, seul les médecins Bucco- dentaire ont l’opportunité de faire une telle combinaison ; contrairement aux médecins généralistes et pharmaciens. 

Les éléments clés

Ces certificats et/ou diplômes sont ouvert aux chirurgiens-dentistes ou Docteur en odontostomatologie étrangers déjà titulaire du dit diplôme permettant d’exercer dans leur pays d’origine.

L’ECN ne saurait se substituer dans ce cas au diplôme de fin de formation. Il est impératif pour le candidat d’être en possession d’un diplôme de Médecine dentaire.

Le dépôt des dossiers de candidature auprès des responsables de formation ou d’universités Liste des CES en odontostomatologie et contacts pour dossiers.

Il est donc important et vital de consulter le site des facultés de chirurgies dentaires (voir le lien internet ci-dessus) assez fréquemment pour s’informer des périodes et délais d’admission qui peuvent être variables.

 Peuvent s’inscrire les chirurgiens-dentistes (docteurs en chirurgie dentaire) hors-union européenne ; et les candidats étrangers titulaires d’un diplôme de praticien permettant l’exercice de la profession dans le pays d’obtention. 

Les inscriptions sont ouvertes en septembre, mais l’admission se fait entre Janvier et Juin de chaque année ; les délais de candidature étant donc fixés 8 mois environ en avance.

Faisant Fonction d’Interne

Patient de médecine dentaire

C’est quoi ?

Lorsqu’un poste susceptible d’être offert à un interne ou à un résident n’a pu être pourvu par des étudiants a l’issu de l’ECN Français et du concours d’internat a titre européen ou étranger , il peut être occupé provisoirement par un médecin dentaire (possiblement étranger), un étudiant en médecine qui fait fonction d’interne.

Éléments Clés 

La cible:

Il s’adresse aux médecins bucco-dentaires titulaires d’un diplôme de docteur permettant l’exercice dans le pays d’obtention et/ou d’origine et qui effectuent des études en vue de la préparation de certains diplômes dont la liste est fixée par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.

A ce jour, ledit médecin dentaire doit être en cours d’une des formations suivantes :

1- Diplôme d’études spécialisées (DES)

2- Diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) ;
3- Diplôme interuniversitaire de spécialisation
4- Attestation de formation spécialisée (AFS) 
5- Inscription dans l’année de la demande sur la liste des candidats au concours national PAC

 Les stages effectués en tant que FFI peuvent être valorisés comme années requises lors de la PAE (procédure d’autorisation à exercer) ; a voir plus bas. 

Procédure 

Lorsque la direction d’un hôpital fait le constat d’un poste d’interne vacant dans un service en son sein, le service des ressources humaines lance un appel d’offres généralement disponible sur le site internet du dit hôpital et de la faculté de médecine dentaire à laquelle cet hôpital est rattaché.

Ces offres sont également répertoriées sur le site de la Fédération Hospitalière de France.

Les pièces demandées de manière récurrentes sont :

  • Le diplôme de médecine dentaire
  • Un curriculum vitae
  • Une lettre de motivation
  • Une lettre de recommandation

Ce qu’il faut savoir :

Le statut de FFI 

 Comme son nom l’indique, le FFI « Fait Fonction d’interne » . Il n’a donc pas le même statut qu’un interne. Dans la pratique, il réalise toutes les activités qu’un interne devrait réaliser. 

L’intéressé dispose :

  • D’un temps de travail et de formation
  • De Congés annuels, congés de maternité/paternité/adoption, congé maladie, temps partiel thérapeutique
  • D’Avantages sociaux
  • De Garanties disciplinaires

Mais contrairement aux « internes proprement dit », les FFI ne peuvent pas :

  • Prendre de disponibilité (Faire une mise a disponibilité pour 2 ans par exemple)
  • Prendre une année de recherche
  • Faire un stage à l’étranger
  • Mener une activité d’encadrement médical
 Les contrats de FFI sont temporaires et généralement d’une durée de 6 mois a 12 mois, renouvelable ou pas. 

Résumé 

Pros 

  • C’est un moyen adéquat pour s’exercer a la pratique sans avoir à passer un concours très sélectif.

Cons :

  • Faire le travail d’un interne et ne pas avoir les mêmes avantages.
  • Contrats de courte durée
  • Ne donne pas droit a un diplôme de spécialité

La voie PASS/LASS (Ancienne PACES)

Patient de médecine dentaire

C’est quoi ?

Les médecins étrangers peuvent s’inscrire avec le BAC en première année commune d’études de la santé (PASS/LASS).

 Après la réussite de cet examen très sélectif, ils sont reclassés dans le cursus médical français en 4ieme, 5ieme ou 6ieme année dans une faculté de médecine dentaire. 

Des lors, ils suivent le même parcours que leurs homologues français et composent donc les ECN a titre européen et ont le choix de spécialité en fonction de leur classement à l’issue de cet examen.

Les éléments clés

Les dates : les admissions en première année sont soumises à la procédure Campus France et / ou parcoursup.

La procédure Campus France débute autour de Janvier de chaque année et se clôture mi-Mars ; ceci dans 46 pays.

Quant à la procédure parcoursup, elle va de Décembre à fin Janvier et concerne en priorité des personnes résidant sur le territoire Français.

Ce qu’il faut savoir

 La réussite à cette première année est soumise à un nombre de places limité . Une commission siège pour sélectionner le nombre de personnes qui seront admis en 2ieme année. 

Les cours suivis par le candidat sont très fondamentaux (Chimie, Physique, Mathématiques, biologie).

 Après la réussite en PASS/LASS et du reclassement au deuxième cycle, le concerné continue les études médicales comme toute autre étudiant français, et choisis donc sa spécialité en fonction de son rang. 

Résumé : 

pros :

  • Possibilité de faire la spécialité de ses rêves.

cons :

  • Prends plus de temps ; généralement 3 à 4 ans au minimum des cas.
  • Deux ou trois années en tant qu’étudiant : donc pas de salaire.
  • Cours et examens de sciences fondamentales à prendre après plusieurs années de clinique.

Master et Doctorats Appliqués.

Prothèse dentaire

Plusieurs masters et Doctorat sont disponibles et d’accès pour les médecins bucco-dentaires. La grande différence qui existe avec d’autres masters / Doctorats (académiques) c’est l’aspect professionnalisant de ces derniers ; avec la possibilité d’effectuer les stages cliniques.

L’inscription à ces masters est faite directement auprès d’une commission ET VIA Campus France qui étudie le dossier.

A titre d’exemple, l’université de Strasbourg propose un Master en « biologie santé » parcours biomatériaux pour la santé. De même, l’université Paris-Diderot dispose d’un Master santé spécialité professionnalisante « Physiopathologie orale appliquée » .

Ces formations sont organisées en plusieurs parcours permettant à l’étudiant d’approfondir ses connaissances dans un champ disciplinaire spécifique de la médecine dentaire :

  • Endodontie
  • Parodontologie
  • Odontologie pédiatrique et maladie rares.

Cas particulier pour la parodontologie

 Un programme européen de parodontologie existe et donne la possibilité de se former en 3 ans comme spécialiste du domaine.  

Plusieurs universités offre cette formation de haut niveau que vous pouvez consulter sur le lien suivant: Programmes européens de spécialisation en parodontologie.

La Procédure d’Autorisation a Exercer (PAE)

matériel de médecine dentaire

C’est quoi ?

C’est une procédure qui autorise la pratique médicale. Elle donne le droit d’exercer la médecine dentaire sur le territoire français pour les médecins / pharmaciens hors union-européenne ; qu’ils soient spécialistes ou pas.

 Il faut garder à l’esprit que la même procédure peut être suivit par un spécialiste (implantologue, parodontiste…) étranger pour obtenir le droit d’exercer en France. 

La procédure est codifiée et comporte plusieurs étapes que nous allons détailler. La première étape étant la réussite aux examens de vérifications de connaissances (EVC). Il existe 2 listes d’inscription possible :

  • Liste B : Elle est ouverte uniquement aux personnes justifiant le statut de réfugiée politique, apatride, bénéficiaire de l’asile territorial, bénéficiaire de la protection subsidiaire ou français ayant regagné le territoire national a la demande des autorités françaises.
  • Liste A : concerne tous ceux éligibles, mais non concernés par la liste B ; et donc la majorité.

Pourquoi cette précision sur les listes, parce que les candidats de la liste A effectuent un concours (nombre de place fixé et compétitif) et ceux de la liste B un examen (10/20 étant suffisant).

Les éléments clés

Le contenu des épreuves est identique pour tous les candidats. Ceux de la liste A et B se présentent à 2 épreuves écrites de 2 heures chacune, notés sur 20, et affectés du coefficient 1.

 La première épreuve porte sur les connaissances fondamentales, la seconde sur les connaissances cliniques. 

Les inscriptions sont fixées traditionnellement en mai de chaque année ; les épreuves ayant lieu a l’automne (Fin Septembre – mi-décembre). Les candidats devront cependant vérifier les dates exactes dans l’arrêté d’ouverture.

Les dossiers d’inscription sont à adresser aux Agences régionales de la Santé (ARS) de la région dans laquelle le candidat souhaite exercer la médecine dentaire.

Le Formulaire d’inscription à l’EVC. Ce formulaire, associé aux pièces demandées sont envoyés à l’adresse de l’ARS cible consultable à cette liste : Adresses de des différentes Agences Régionales.

Les examens se déroulent obligatoirement en région parisienne. Les ambassades n’abritent pas encore lesdites épreuves.

Procédure

  Les candidats doivent être en possession de leur diplôme de médecine dentaire au moment de l’inscription à l’examen. Pour les détails, voir le schéma récapitulatif de la PAE.  

Étape 1 : réussir les examens / concours de l’EVC. Il existe une note éliminatoire aux épreuves écrites pour les 2 listes.

Ainsi, les candidats qui obtiennent une note inférieure ou égale a 6 sur 20 a l’une des épreuves ne peuvent être déclarés admis.

Les individus ne peuvent se présenter aux épreuves de la PAE qu’au plus trois fois. Une bonne préparation est donc nécessaire et impérative.

Étape 2 : Après la réussite aux épreuves de Vérification de connaissances, les lauréats doivent dispenser des soins publics sur une période de 3 ans dans la spécialité préalablement choisie.

Ils seront sous la responsabilité d’un chef de service qui évaluera alors leurs pratiques professionnelles.

  Durant ces 3 années, ils exerceront en qualité de praticien attaché, attaché associé ou assistant associé assurant les actes courants sous la responsabilité d’un chef de service. 

Étape 3 : Le dépôt du dossier auprès de la commission d’autorisation se fait après la réussite aux EVC et de la réalisation des 3 années de fonction hospitalière.

La décision du ministère de la santé autorisant le médecin dentaire a exercer en France dépend de l’avis de la commission.

 Le ministère peut alors fournir soit une autorisation de « plein exercice » soit une « autorisation temporaire ». 

Étape 4 : Ensuite vient l’inscription à l’ordre des médecins bucco-dentaires.

3 cas sont à distinguer : le cas de l’exercice la profession en France métropolitaine, l’exercice en Guyane ou a Saint-pierre et Miquelon.

Le « Régime général » qui s’applique à tous les médecins ne bénéficiant pas la reconnaissance automatique de leurs qualifications professionnelles. Ces derniers suivent au préalable les 3 étapes susmentionnées, puis contactent a nouveau l’ARS de la région concernée.

A saint-Pierre et Miquelon, le représentant de l’État dans la collectivité territoriale peut autoriser, par arrêté, un médecin dentaire étranger à exercer dans la collectivité.

En Guyane, les médecins étrangers peuvent être autorisés à exercer par un arrêté du directeur général de l’Agence Régionale de la Santé, sous réserve de leur inscription au tableau de l’ordre.

Un tel médecin, ne remplissant pas les conditions requises par l’article L.4111-1 du code de la santé publique , ne peut exercer dans un autre département ou territoire Français.

 La France dispose des accords bilatéraux avec certains états assurant aux citoyens de tous les pays signataires un traitement identique à celle qui s’applique a ses propres citoyens et vice-versa. 

Les médecins originaires de ces pays et ayant un diplôme de médecine enseigné en langue française sont par conséquent directement inscriptibles a l’ordre des Médecins.

Le QUEBEC 

l’arrangement de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles de médecin entre la France et le Québec.

Les médecins étrangers dans ce cas doivent être titulaires d’un diplôme de docteur en médecine obtenu dans l’une des quatre universités du Québec. Ils doivent attester de deux années de fonctions.

 Un dossier complet est adressé au conseil national de l’ordre des médecins bucco-dentaire qui dispose d’un délai d’un moi pour statuer et formuler une recommandation. 

Cette recommandation est transmise au ministère de la santé qui se prononce sur l’autorisation individuelle d’exercice du médecin.

Les médecins du Golfe

Les médecins ressortissants de ces pays peuvent s’inscrire au DES (ou DESC) de la spécialité de leur choix s’ils sont en cours de spécialisation (ou d’ores et déjà spécialistes) dans leur pays d’origine.

 Ils sont accueillis comme faisant fonction d’interne pour la réalisation de leur DES (ou DESC). Ces pays sont l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Sultanat d’Oman, le Koweït, et le Qatar

Résumé 

pros :

  • Procédure courte si ressortissant d’un pays ayant des accords de traitement identique avec la France.
  • Moins compétitif que d’autres voies.
  • Le médecin dentaire est Salarie pendant la procédure

cons :

  • Beaucoup d’étapes à franchir (plus de temps) si le candidat est originaire d’un pays sans accords avec la France
  • Nécessite un déplacement pour composer